05 juin 2007

Bédouins, bedouins, bedoins, ...

Quelle est l’origine du nom des habitants du Versoud ?

Quel est le nom exact d’ailleurs ? « Bédouin », « Bedouin », « Bedoin » ? Les orthographes sans l’accent sur le « e » semblent retenir le plus de suffrages dernièrement.

Voici quelques hypothèses évoquées (à noter qu’elles se basent toutes sur l’orthographe « bédouin »). N’hésitez pas à apporter vos remarques, voire d’autres possibilités dont vous auriez connaissance.

Notre nom vient-il du Moyen Age ?

Peut-être, si l'on suit l'hypothèse la plus exotique et la plus historique. En 711, les sarrazins conduits par Tarik s'emparent en quelques mois de l'Espagne ; les musulmans organisent alors des incursions en Gaule. Au milieu du VIIIème siècle, les Sarrazins se sont aventurés dans les vallées alpines et ont pu coloniser une partie du Dauphiné. Il existe dans la région des tours sarrazines, des grottes des Sarrazins qui peuvent apparaître comme des témoignages de cette présence musulmane.

Y-a-t-il eu un camp bédouin sur les terres de notre village ? La population locale a-t-elle été soumise à ces envahisseurs venus du désert ? La présence de terres très fertiles et cultivées sous la responsabilité des moines du prieuré a peut-être fourni aux Berbères les vivres nécessaires à leur razzia. Cette explication relève en grande partie de la légende et les témoignages historiques sont quasi-inexistants.

Il existerait deux autres explications possibles :

Une origine géographique

La première est proposée par Jean Apparicio, féru d’histoire locale et vice-président de l’association du patrimoine de Domène.

Cette hypothèse se fonde sur des éléments de géographie. Un seul sommet de la chaîne de Belledonne est visible depuis le Versoud, semblant surplomber le village et le protéger. La dénomination latine de cette montagne, Belladona, a peut-être connu une évolution menant vers le mot « beldonna », « bedonna » puis « bédouin ».

Un quolibet

Gilbert Coffano, historien régional, donne une explication qui s’appuie sur le dépouillement des registres départementaux du XIXe siècle. Voici ce qu’il dit :

Il nous paraît plus plausible que le mot Bédouin soit à l'origine d'un de ces traditionnels quolibets que les habitants de nombreux villages se donnaient naguère. Plusieurs exemples pourraient confirmer cette suggestion, notamment avec les villages du Balcon de Belledonne.

Quelques exemples de quolibets régionaux : les habitants de Theys, se dénomment officiellement les Teyssinois. Mais saviez-vous que les villages riverains les avaient jadis baptisés les « Tarins », car disaient-ils, « ils ne se lavent jamais et sentent toujours mauvais » ? Des propos qui tenteraient à prouver la rivalité qui pouvait exister entres les villages voisins. Les habitants de Revel sont les Revellois, dit aussi les « Cocoïards », traduits en patois par les hannetons. Les habitants de Saint-Jean-Le-Vieux s'appellent les Saint-Jeantets. Mais pour les autres villages c'étaient les « Jactous », tiré de l'expression « jacter », traduction de « parler beaucoup trop pour ne rien dire ». Doit-on conclure que nos amis de Saint-Jean-le-Vieux parleraient plus que les Versoudais ? Rien n'est moins sûr. Encore d'autres exemples de quolibets : les gens de Saint-Mury-Monteymond sont dénommés les « Chamois » ! Ceux d'Hurtières les Hurtièrois, mais plus familièrement les « Pétarots », et les habitants des Adrets les Adrais, plus communément baptisés les « Campanis »...

Ainsi, comme on peut le constater en cherchant du côté de la tradition orale et dans certaines archives, on constate que chaque village possède son propre quolibet. Loin de porter préjudice aux habitants des différents villages nommés, ces quolibets laissent transparaître une pointe d'humour qui font partie de notre patrimoine collectif.

 Or, en ce qui concerne le Versoud, on découvre dans certains manuscrits que les Versoudais étaient particulièrement belliqueux (comme les Lancynois du reste) avec les habitants des proches villages. Des bagarres éclataient en effet fréquemment, notamment à la fin de chaque rencontre sportive ou festive.

Navré chers Versoudais - ô pardon ! chers Bédouins - de bouleverser quelque peu une de vos coutumes. Mais l'hypothèse d'un éventuel quolibet lancé verbalement aux Versoudais lors de matchs houleux perpétrés au XIXe siècle, nous semble plus vraisemblable quant à l'origine de cette énigmatique appellation Bédouine. Le temps faisant le reste au fil des générations...

Ceci n'est bien évidemment qu'un point vue, et nous invitons les lecteurs à nous faire part de leurs propres suggestions sur le sujet.

 

 

Posté par versatorio à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Bédouins, bedouins, bedoins, ...

Nouveau commentaire